Montricher albanne73

Montricher albanne73

participation "habitante"

Publié le par bernard Tetaz
Publié dans : #points de vue et contributions

 

A la lecture de cet article paru dans le Dauphiné libéré du samedi 24 octobre 2020, il m’apparaît évident que l’expression « mettre la charrue avant les bœufs » fait légion en matière de communication au sujet de ce projet de liaison.

Le commencement des travaux d’une piste de retour qui ne devrait venir qu’après la création ou en parallèle de la liaison ALBIEZ les KARELLIS, nous conduit a cette comparaison de la charrue à laquelle doivent être attelés les bœufs, car on regarderait comme irraisonné le laboureur qui les placerait dans le sens contraire.

L’idée, émise par ce proverbe, est donc qu’il ne faut pas intervertir l’ordre naturel des choses et des affaires.

Alors pourquoi communiquer sur le terrassement de la future piste de retour des Karellis ?, si ce n’est de faire croire que la piste existait avant la liaison et, par extension, que la liaison a été créée parce qu'il existait une piste.

Cet exemple montre que prendre la cause pour la conséquence et vice versa, peut entraîner des raisonnements complètement erronés. 

En plus actuel et plus dramatique, aucune certitude n’est acquise sur la faisabilité de cette liaison compte tenu du recours introduit vis-à-vis du schéma de cohérence territorial, et de l’incertitude qui pèse sur la validation du plan local d’urbanisme de MONTRICHER ALBANNE et de son PADD « plan d’aménagement et de développement durable » 

J’apporte tout de suite une précision. Que MONTRICHER ALBANNE accueille davantage de touriste est une bonne chose. On veut tous voir notre commune et notre station se développer davantage. Plus de monde signifie plus de clients pour les commerçants, plus de logements loués, bref plus de développement économique.

Par contre, il y a des dangers à croître trop vite et vouloir ressembler aux autres. J’ai vu bien des communes de montagne vivre des crises de croissance, faire face à des problèmes auxquelles elles n’étaient pas préparées. La croissance n’est pas la solution à tous les maux.

 

Pour ceux qui n’auraient pas suivi la saga Albiez les Karellis, je vous propose quelques publications sur ce sujet.

SCOT Maurienne

Le Comité de Massif saisi a donné son avis (et France nature environnement le sien au Comité de Massif) :

Extraits : avis favorable sur le projet de SCOT du Pays de Maurienne, par 10 voix «Pour», 4 voix «Contre », et 0 «Abstention», assorti des remarques émises ci-après.

  • Concernant les projets d’UTN inscrits au SCoT : Sur l’ensemble de ces projets, les données environnementales sont insuffisantes et les données économiques inexistantes.
  • Concernant le projet Albiez Montrond - Les Karellis : projet de liaison, économiquement non viable, sur un territoire vierge avec des zones à risques + projets d’extensions de domaines sur des sites vierges préservés jusqu’alors.

 

Rapport de France nature environnement.

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>